Présentation

Observatoire

Construire une vision partagée des enjeux de l’enseignement supérieur et la Recherche

Le pôle observatoire et indicateurs contribue à construire une vision partagée des enjeux et de l’évolution de l’ESR du Grand Ouest sur la base de travaux décloisonnés entre universités, écoles et organisme de recherche et avec les acteurs de l’observation sur les territoires.

Le devenir professionnel des dipômé-es

EtudeLe pôle Observatoire et indicateurs de l’Université Bretagne Loire réalise les enquêtes d’insertion en s'intéressant à différents niveaux d’études avec une attention particulière concernant le doctorat, compétence « partagée » de l’Université Bretagne Loire.

Ces études s’intéressent à la situation des diplômés après l’obtention d’une Licence professionnelle, d’un Master, d’un Doctorat.

Réalisation d’études spécifiques et production d’indicateurs

L’Observatoire réaliser des études spécifiques : chiffres clés, conditions de vie des étudiants, égalité femmes hommes dans les études supérieures …

En parallèle, le développement de la production d’indicateurs dans une logique de tableaux de bord pour l’aide au pilotage de l’équipe de direction de l’Université Bretagne Loire fait partie des missions du pôle Observatoire.

L’Observatoire intervient aussi en appui méthodologique en assurant la coordination, la fiabilisation des données et leur comparabilité auprès des missions de l’Université Bretagne Loire et de ses établissements membres

Chiffres clés

L’Observatoire en chiffres

  • 2 075 docteurs enquêtés/an
  • 91% de réponses à l'enquête docteurs un an après leur soutenance études spécifiques
  • 50 cartographies de données réalisées
Projets phares

ENQUÊTE DOCTORAT A 1 AN

Diplômés de Doctorat en 2017 : situation en 2018

Les docteurs ayant soutenu leur thèse en Bretagne ou en Pays de la Loire au cours de l’année 2017 (n=1186) ont été interrogés en décembre 2018, sur leur situation professionnelle 1 an après l’obtention du Doctorat. 757 docteurs ont répondu au questionnaire, soit un taux de réponse de 64%.

82% des diplômés sont en emploi 1 an après avoir soutenu leur thèse.

Le salaire net mensuel médian, hors primes et 13ème mois s’élève à 2 100 € pour les docteurs travaillant en France à temps complet.

62% des docteurs travaillent dans le secteur public (36% dans un établissement d’enseignement supérieur) et 38% dans le secteur privé (27% dans une entreprise).

Les secteurs d’activité privilégiés par les docteurs sont l’« enseignement » (33% des emplois) et le secteur « Recherche-développement scientifique » (16%).

32% des emplois sont localisés en Bretagne et 21% en Pays de la Loire. 29% des docteurs travaillent à l’étranger (ce taux est de 15% pour les docteurs de nationalité française).

Les résultats de cette enquête sont également déclinés par région :


ENQUÊTE DOCTORAT A 3 ANS

Diplômés de Doctorat en 2015 : situation en 2018

Les docteurs ayant soutenu leur thèse en Bretagne ou en Pays de la Loire au cours de l’année 2015 (n=1 033) ont été interrogés en décembre 2018, sur leur situation professionnelle 3 ans après l’obtention du Doctorat. 731 docteurs ont répondu au questionnaire, soit un taux de réponse de 71%.

90% des diplômés sont en emploi 3 ans après avoir soutenu leur thèse.

Le salaire net mensuel médian, hors primes et 13ème mois s’élève à 2 200 € pour les docteurs travaillant en France à temps complet.

55% des docteurs travaillent dans le secteur public (36% dans un établissement d’enseignement supérieur) et 44% dans le secteur privé (35% dans une entreprise).

Les secteurs d’activité privilégiés par les docteurs sont l’« enseignement » (48% des emplois, 43% uniquement pour l’enseignement supérieur et post-secondaire non supérieur) et le secteur « Recherche-développement scientifique » (15%).

17% des emplois sont localisés en Bretagne et 17% en Pays de la Loire. 32% des docteurs travaillent à l’étranger (ce taux est de 18% pour les docteurs de nationalité française).

Les résultats de cette enquête sont également déclinés par région :


Témoignages

Ronan VIEL - Chargé d’études économie et grands territoires de l’AUDIAR (agence d’urbanisme et de développement intercommunal de l’agglomération rennaise)

POUVEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE VOTRE MÉTIER ?

En tant que chargé d’études, j’accompagne les partenaires de l’agence d’urbanisme sur des missions d’analyse. Je travaille avec de nombreux partenaires institutionnels, notamment dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Nous avons par exemple mis en place en 2013 un observatoire métropolitain de l’ESR avec 15 partenaires, dont fait partie l’Université Bretagne Loire. La première publication est parue en 2015.

QUELLES RELATIONS AVEZ-VOUS AVEC LES SERVICES DE L’UNIVERSITÉ BRETAGNE LOIRE ?

Nous travaillons avec plusieurs services, comme l’observatoire mais aussi les projets européens et le Centre de mobilité internationale de Rennes. Nous mobilisons l’Université Bretagne Loire pour des sources statistiques, que nous valorisons au sein de notre observatoire pour dresser un portrait de l’ESR à l’échelle de la métropole.

Il s’agit d’un échange de bonnes pratiques car l’objectif du partenariat avec l’observatoire de l’Université Bretagne Loire est aussi d’alimenter ses bases de données. Par exemple, nous mettons en place un réseau de partage statistique entre les agences d’urbanisme du grand ouest afin de mutualiser et consolider nos sources et bases de données sur l’enseignement supérieur et la recherche.  Ainsi, nous pourrons coordonner les démarches et avoir le même langage car notre intérêt est commun. L’Université Bretagne Loire pourra alors profiter de l’ingénierie statistique des agences d’urbanisme en matière d’ESR à l’échelle régionale.

Image

A lire aussi...