Actualités et chroniques

Nos agents ont du talent - Valérie LE CANN

Valerie LecannValérie LE CANN
Responsable du pôle observatoire et indicateurs de l’Université Bretagne Loire

Pouvez-vous nous décrire votre métier au sein de l’Université Bretagne Loire ?

Mon métier consiste à donner du sens aux chiffres.

Les données existent en très grande quantité, mais pour qu’elles aient de la valeur, il faut qu’elles soient partagées, reconnues et utilisées. Il s’agit donc de bien définir ce que l’on souhaite « observer », étudier, pour cibler les indicateurs nécessaires au suivi de l’évolution de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le territoire de l’Université Bretagne Loire

Par exemple, les enquêtes que nous publions sur l’insertion des diplômés permettent aux futurs étudiants et leurs familles d’être mieux informés en termes d’orientation et aux responsables pédagogiques d’adapter les programmes.

Concrètement, il s’agit d’identifier les sources à interroger, collecter les informations, constituer et corriger les bases, analyser les données pour enfin les rendre disponibles.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans vos missions ?

Ce qui me motive, c’est la dimension fédérative de nos actions : nous construisons collectivement un observatoire fédéral et fédérateur.

Nous travaillons au service d’un même objectif : permettre de mieux appréhender l’enseignement supérieur et la recherche et son évolution à partir de données objectives.

Quelles relations avez-vous au quotidien avec les autres services de l’Université Bretagne Loire, ses établissements et ses partenaires ?

Le pôle observatoire et indicateurs inscrit son action à trois niveaux :

  • en collaborant avec les établissements membres et associés de l’Université Bretagne Loire pour produire des analyses pertinentes à différentes échelles, en s’appuyant sur des données fiabilisées leur assurant un meilleur impact ;
  • en développant ses relations avec les acteurs du développement local (métropoles, agences d’urbanisme, régions), le partage de données contribue à éclairer des politiques territoriales thématiques ;
  • sur le plan national, en participant  aux enquêtes pilotées par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, ainsi qu’au réseau des observatoires « Résosup », qui permet d’échanger entre professionnels du secteur.