Actualités et chroniques

Rencontre avec Patrice Roturier

Étiquettes
Body

portraitA l'occasion de son départ en retraite, le Vice-Président Numérique de l'Université Bretagne Loire revient sur 3 grandes thématiques qui ont guidé sa mission.

Qu’est-ce qui vous a le plus plu dans votre carrière ?

patrice_roturier_campus_numeriqueToute ma carrière j’ai été intéressé par la mutualisation et le collectif.
Venant d’un établissement (Université Rennes 2), ce qui est enrichissant c’est de mutualiser plutôt que de reproduire ce que quelqu’un d’autre a fait dans un autre établissement.
Mutualiser permet d’être plus efficace et d’obtenir plus de financements et ainsi d’être plus fort.
C’est pourquoi j’ai toujours pensé qu’au niveau de la formation, les équipes pédagogiques pluridisciplinaires sont toujours les plus efficaces.

En innovation pédagogique, on parle également d’essaimage, c’est-à-dire la diffusion de bonnes pratiques. Travailler sur une échelle de 27 établissements, c’est toujours plus intéressant que de travailler pour un seul. Cela permet de partager et bénéficier des expériences de chacun.

Au cours de ma carrière j’ai essentiellement travaillé sur des projets collectifs et mutualisés. Le projet du C@mpus numérique de Bretagne constitue un un exemple qui n'arrive qu'une fois dans une carrière. En effet il est très rare pour un projet d’une telle ampleur de pouvoir obtenir les moyens financiers et humains mobilisables dans une dynamique de mutualisation.

Enfin, le développement du numérique au périmètre du territoire de l’Université européenne de Bretagne (UEB), puis de l’Université Bretagne Loire, permettait de répondre à des enjeux qu’un établissement seul pourrait atteindre que partiellement.

Par exemple cela permet de déployer une infrastructure sur un très grand réseau et d’obtenir plus de financement pour permettre au projet de prendre plus d’envergure.


Comment a été conçue l'Infrastructure de Communication Collaborative (ICC) ?

En ce qui concerne les enjeux du numérique, l’ensemble des outils et des services peuvent être utilisés à l’échelle mondiale. Il est très important d’essayer d’avoir un réseau le plus large possible pour être le plus facilement identifiable. C’est dans cette démarche que s’inscrit le projet d’infrastructure de communication collaborative ligérien. Son premier volet portant sur les infrastructures de la conciergerie et du portail commun va pouvoir être déployé à la rentrée et le second portera ensuite sur le choix des équipements par les 3 universités d’Angers, Le Mans et Nantes.


Dans quelle mesure le C@mpus numérique de Bretagne peut-il être source d'inspiration pour d'autres ?

Le C@mpus numérique de Bretagne est repéré par de nombreux pays, notamment en Afrique et au Moyen Orient. Ce projet interpelle par son échelle et par sa faculté à pouvoir connecter 30 établissements d’enseignement supérieur.patrice_roturier_campus_numerique

Son rayonnement ne s’explique pas par un simple transfert de ce modèle à un autre pays mais en fonction de chaque situation, il est possible de mettre à l’épreuve la méthodologie du campus pour ensuite voir si elle peut s’adapter à ces situations. Si un établissement du Liban ou de la Côte d’Ivoire possède en propre des ressources limitées, autant éviter de multiplier des actions isolées et proposer plutôt une stratégie de mutualisation.

Aller plus loin

couvertureVoyons plus loin, soyons plus proche

La fabrique de l'UEB C@mpus 2008 - 2016